La pérennité des jeunes entreprises en 2010

la-perennite-des-jeunes-entreprises-en-2010.jpg

Les études menées à l’initiative de l’Insee, dont Nadine Penaud et Armelle Schmitt, ont permis de montrer des résultats plus qu’encourageants en matière de pérennité des jeunes entreprises en 2010. En effet, plus de 70 % des jeunes entreprises ayant vu le jour en 2010 restaient encore actives trois années plus tard (c’est-à-dire en 2013). Selon l’Insee, la principale raison de cette pérennité repose surtout sur l’important investissement initial. La réussite des entrepreneurs œuvrant dans ce domaine se traduit également par leur expérience ainsi que par leur niveau de formation élevé.

Les jeunes entreprises plus fortes en 2010, avec un bilan positif

jeunes-entreprises.jpg

Trois années à la suite de leur première apparition, un chiffre prometteur s’émerge des résultats publiés par l’Insee : 71 % des entreprises gardent encore leur activité. Cette évolution concerne, en effet, tous les secteurs et dépasse celle de la génération 2006, selon les études. En ce qui concerne cette pérennité, 64 % des jeunes entreprises œuvrant dans le domaine du commerce on put continuer leurs activités après trois années d’existence. Ce taux se révèle plus intéressant pour les autres secteurs, comme les activités immobilières (67 %) et la construction (68 %). Il s’avère encore plus prometteur dans le secteur de la santé (85 %), les services aux entreprises (77 %) et le transport (78 %).

Les sociétés plus favorisées que les entreprises individuelles

La pérennité des jeunes entreprises de la génération 2010 dépend surtout du secteur. Si elle est plus faible pour le commerce, elle se révèle plus qu’intéressante pour le secteur de la santé (85 %). Cette pérennité concerne, en effet beaucoup les sociétés au détriment des entreprises individuelles. Tout comme les entreprises ayant vu le jour en 2006, les facteurs de pérennité de ces jeunes entreprises de 2010 sont surtout les compétences et expériences du créateur de l’entreprise ainsi que l’important investissement initial à sa propre initiative.